28.8.15

[face à face]

cliquez l'image pour afficher son grand format

[la fourmi rouge anticipe (28/10/2014)...et réédite à point nommé]

Brésil 1970 : Dilma face à ses tortionnaires de la junte militaire, les fascistes cachent leur visage car malgré leur arrogance, ils incarneront toujours leur défaite. Pourtant dans ce cas et à ce moment précis, ils ignorent à quel point...
Arrêtée, enfermée, torturée, Dilma n'a rien lâché, ni ses camarades, ni sa dignité. Ce n'est pas tant la photographie mais la détermination et la force que dégage la jeune Dilma qui est plus qu’impressionnante. Particulièrement quand on sait la barbarie et la cruauté de ses tortionnaires.

Brésil 2008 : Le sénateur d'opposition Agripino Maia accuse celle qui est alors Chef de la Maison civile -équivalent brésilien de premier ministre- d'être une «menteuse», pour preuve il rappelle qu'elle n'avait pas «dit la vérité» ... sous la torture.
Dilma Rousseff explose. «J'avais 19 ans, sénateur, j'ai été sauvagement torturée, et je peux vous dire que mentir sous la torture n'est pas facile. Et j'en suis fière car j'ai sauvé la vie de mes camarades»

Brésil 2014 : Dilma Roussef, élue avec 51,64% des suffrages : ouaf, ouaf, hurlent les molosses,
François Hollande, élu avec 51,56% des suffrages : Lap,lap, font les gentils cabots.

"Suivant que vous serez pour les puissants
Ou pour les misérables,
Les chiens de garde vous lècheront les mains
ou mordront vos mollets..
."

"Les nouveaux chiens de garde" (docu. 2012)

(Le dernier paragraphe provient d'un commentaire capté sur LGS).