10.8.13

['le cas échéant : des anarchistes']


Une alerte à la bombe en gare de Louvain, un colis "amateur" mais suspect contenant un réveil et des bouteilles, le tout décoré d'une tête de mort (si!) et une intervention de la brigade de déminage…Selon cette dernière le colis était incapable de blesser, à fortiori de tuer.
D'après la Ministre de l'Intérieur, ses services y voient la main de "jeunes" ou "le cas échéant : des anarchistes", cela va sans dire!

Voilà qui tombe à point pour justifier le pathétique suivisme Belgo-Européen dans la "Global Summer Antiterrorist Alert (TM)", qui elle aussi -quelle "coïncidence"- permet de justifier le programme d'écoute PRISM dénoncé par Snowden.

Avec le bienveillant soutien de la RTBF, Madame Joëlle Milquet, rappelle ainsi aux citoyens que quand il ne s'agit pas d'Al Quaida, ne cherchez plus, ce sont éventuellement "des jeunes" ou forcément de dangereux "anarchistes".
Madame Milquet et ses services pourtant bien renseignés feraient bien de réaliser que nous ne sommes plus au 19em siècle. De revoir leurs cours d'histoire et de constater que depuis les attentats "aveugles", visant des citoyens innocents comme à Bologne, sont la signature des fascistes ou de leurs congénères intégristes partageant les mêmes sponsors.
Régulièrement les anarchistes sont dans un premier temps accusés à tort, comme ce fut le cas lors de l'attentat de la Piazza Fontana, pour rester en Italie.

Tandis que les milices néonazies pullulent, organisent meeting internationaux, défilés, stages et entraînements paramilitaires, Madame Milquet et ses services persistent à se focaliser sur les anarchistes et de les désigner comme étant la menace, juste derrière Al Quaida, excusez du peu.
Nous pouvions déjà constater que dans la réalité les mesures dites "anti-terroristes" permettent avant tout un contrôle et une répression accrue des mouvements sociaux, Madame Milquet donne de la voix pour en désigner l'avant garde de toujours.
Quand le Capital sent venir le moment de passer la main à ses nervis nazis, il revoit son catéchisme : d'abord les anarchistes, puis les syndicalistes et autres communistes ou socialistes…Chaque chose en son temps.

Madame la Ministre, les anarchistes de Belgique ne posent pas de bombes, ni dans les trains ni ailleurs. Vos actes, votre politique et votre discours diffamant sont bien plus destructeurs et criminels qu'un colis piégé. Vous vous faites complice d'un avenir plus sombre encore que vous ne l'imaginez. Car si les anarchistes et leurs camarades ne peuvent empêcher le retour de la barbarie que vous et les vôtres avez si bien attisé, ils seront aussi les premiers à résister et à en payer le prix, cela va sans dire.

Lire aussi : "La menace anarchiste"
"A propos d'attentats dits anarchistes"