2.7.11

[compteurs Geiger, Tokyo - Japon]

[lien vers le stream "A" en fin d'article]
Toujours sans réponse aux courriers envoyés à Green-Action et Greenpeace Japon et au CICN concernant les taux de radioactivité à Tokyo rapportés par plusieurs sources, voici les informations disponibles sur la Toile.

Plusieurs Japonais proposent de visionner en "stream" leurs compteurs Geiger et autres mesures du taux de radioactivité à Tokyo ou dans d"autres villes du Japon (liens vers les stream en fin d'article).
Et c'est en général un taux légèrement supérieur à la "normale" qui est observable.
L'illustration ("A") ci-dessus est une capture d'écran réalisée aujourd'hui sur un compteur situé à Tokyo. Dans l'après midi il s'est plusieurs fois approché de 0,3.
L'unité de mesure est le microseviert par heure, les communicateurs nucléaires estiment que le taux "normal" se situe entre 0,1 et 0,3 µSv/h. Si vous prenez le temps de vérifier les taux de différentes localisations sur la planète, vous noterez pourtant qu'ils se situent généralement bien en dessous. Toutefois certains lieux ont en effet une radioactivité naturelle de 0,3 µSv/h .

Le taux observé ci-dessus à Tokyo de 0,23 µSv/h est donc bien deux fois supérieur à la "normale générale" -allant de 0,005 à 0,1 µSv/h - observée à Tokyo avant les accidents. Mais nous sommes loin des 6,00 µSv/h annoncés par certains.
Reste qu'un officiel japonais affirmait aux lendemains de la catastrophe que le taux de radioactivité de la région de Tokyo s'était multiplié par vingt, ce alors que les compteurs Geiger ne mesuraient "que" 0,8 µSv/h

[lien vers le stream "B" en fin d'article]
La capture d'écran ("B") ci-contre confirme cette tendance sur 24h, la mesure s'effectue cette fois en CPM, le propriétaire du compteur signale que la moyenne qu'il observait en temps normal se situait entre 10 et 20 CPM, le graphique indique une moyenne similaire bien que légèrement en hausse vu les multiples "pics".

A ceux qui déjà récitent :"un voyage en avion ou une radiographie exposent à des doses bien supérieures" rappelons que ni l'un ni l'autre ne persistent 24h sur 24 et qu'ils ne représentent certainement pas une telle menace pour l'alimentation, l'eau potable, l'atmosphère ou les océans, bref pour notre avenir et celui de nos arrières-arrières (etc) petits enfants!

Ce qui est certain est que la radioactivité à Fukushima a atteint par moment des doses impressionnantes, allant jusqu'à 400.000 µSv/h ! Difficile donc d'espérer que les vents, la pluie, les marées, l'écoulement des nappes phréatiques épargneront le reste de l'île, des océans, de la planète…
Particulièrement si l'homme plutôt que de tirer les leçons poursuit dans son déni de réalité morbide. Car la fusion des trois réacteurs se poursuit sans susciter une opération internationale de sauvetage de la planète. Tandis que le gouvernement japonais contamine lui-même les zones épargnées par les vents en dispersant à travers le pays les boues issues du traitement de l'eau potable de Tokyo. Boues qui contiennent un taux d'éléments radioactifs alarmant et qui sont utilisées comme engrais pour l'agriculture (!), ainsi que l'explique Laurent dans son message vidéo.

Actuellement la situation est toujours hors contrôle, la contamination irréversible se poursuit et pendant ce temps l'Europe bombarde la Libye et DSK refait la "une"…Cette "une" où il n'est ni question des centrales de Fort Calhoun inondée, en plein cœur des USA et de son grenier, ni de l'incendie à Los Alamos qui s'aggrave et menace un laboratoire nucléaire militaire (comprenez : une usine à bombe).

Éteignons les ordinateurs, rejoignons les collectifs existants (ou créons en) mais il est temps d'agir, la décision ne viendra pas d'en haut comme en Allemagne, il faut l'imposer par la rue, sur le terrain, maintenant!

Liens vers les compteurs en ligne: 
Cliquez ici pour vous connecter au stream A en direct ( périodiquement "off line")  
Cliquez ici pour vous connecter au stream B en direct ( périodiquement "off line")
Si ces compteurs ne sont pas en mode "live", tentez une recherche sur ustream.


Consulter le dossier : "Le Mensonge Nucléaire"  / disponible en format PDF