29.6.11

["ma fille dort à coté"...à 200km de Fukushima]


[mise à jour 01-07-11]

Moins énervé que le message d'Alex aux Français mais peut-être plus percutant encore, voici un autre témoignage du Japon, celui de Laurent.

Et après les deux incidents du 24 mai en Belgique (un pour chaque centrale, vite oubliés, non?), voici un nouvel accident actuellement classé niveau 4 * à Fort Calhoun aux USA, tandis que les flammes menacent un  laboratoire nucléaire à Los Alamos! 

Telle est l'urgence.

Consulter le dossier : "Le Mensonge Nucléaire"  / disponible en format PDF

*mise à jour: Malgré différents communiqués de presse, le niveau ne serait pas de "4" mais maintenu au plus bas niveau d'incident sur l'échelle US, la poétique "Notification of Unusual Event". Et l'histoire récente démontre à quel point les communicateurs du nucléaire sont dignes de confiance. Après tout à Fukushima il ne leur fallut que trois mois pour admettre que la fusion se produisait depuis les premiers jours...

En cours de vérification : Selon plusieurs sources sur la Toile, les mesures officielles de radioactivité effectuées à Tokyo se dérouleraient à 18 mètres du sol.
Ce qui diviserait par 100 la radioactivité de 6 microsieverts par heure (6 µSv/h!) qui serait constatée au sol par les Tokyoïtes disposant d'un compteur Geiger.
Ce qui donnerait 52 millisieverts par an (52 mSv/an) soit près du triple de la dose maximale admissible pour les travailleurs du nucléaire et plus de 50 fois la dose admissible pour le grand public selon les normes internationales! Si cela devait se confirmer Tokyo devrait être évacuée depuis longtemps...
Ou léviter à 18 mètres du sol.

Actuellement les divers compteurs Geiger mis en ligne par de particuliers à Tokyo indiquent pourtant une radioactivité "seulement" deux fois supérieure à la normale.
D'éventuelles réponses aux demandes de confirmation envoyées cette nuit à Green-Action Japan et au CNIC permettront sans doute d'y voir plus clair.