6.2.11

[Climat Tendu II]


Ni noir , ni blanc mais gris, comme le smog.  De réchauffement climatique la tendance est discrètement passée à changements climatiques vu les hésitations du baromètre…. 
Gris. 
La crise climatique est un leurre car la crise est environnementale.
(sans oublier la sociale ni les autres, ici il s'agit du vivant).


Le climat n’est qu’un symptôme.
La cause de la crise environnementale est indéniablement l’activité humaine qui est presque exclusivement de type capitaliste ou liée.
Cette activité influe de manière globalement néfaste sur la biosphère. En différents endroits de la planète, son impact direct sur la faune et la flore, bref la biosphère incluant le climat local et ses conséquences sont -ici aussi indéniablement- démontrés (Amazonie, Kilimandjaro, Pôle Nord, etc…)

Où l'on s’accroche à sa souris car cela semble devenir plus subtil mais il n’en est rien pour qui ne perds la cible de vue :
Oui, le concept de "réchauffement climatique anthropique" est discutable, il y a matière à chipoter (activité solaire, magnétique, cycle "naturel", etc), particulièrement quand on voudrait le réduire aux émissions de CO2 et donc ça chipote sec !
Oui, une partie du capital adore le greenwashing, une voiture devient aussi verte qu’une centrale nucléaire, l’énergie propre un buisness, une source d’emploi et j’en passe et des meilleures et donc ça greenwash à sec !

Mais ces pures diversions ne changent rien au problème (et c’est bien leur but) qui est le suivant :
Deux écoles principales chez nos petits amis capitalistes,
1-Les féodaux corporatistes et autres nazis : toute entrave à leur domination est combattue, que ce soit la société civile ou la biosphère importe peu, ils arrosent les climato-septiques et préparent leurs thé-dansants sous dômes .
2-Les pseudo-démocrates et autre Gore : toute entrave à leur domination est détournée et assimilée, ils arrosent les médias et voient surtout dans les crises qu’ils provoquent des opportunités à valoriser en flux tendu donc sexy.

Comme le notait ce bout en train de Guy Debord : "Dans le monde réellement inversé, le vrai est un moment du faux". Le système capitaliste ne tolère aucune entrave et quand la société civile tente, parfois maladroitement, de lui imposer des limites il use de toute les ruses. OGM, cigarettes, pesticides, centrales nucléaires, colorants ne sont pas vraiment nocifs ou dangereux pour votre santé ou le vivant, croyez-les !

Au sujet du climat et à partir du moment où il est démontré que l’activité humaine a bien des conséquences climatiques locales en de nombreux endroits de la planète, il semble ingénu de vouloir croire que cela ne porterait pas à conséquences…

C’est bien le Nord, l’empire et ses trusts qui font capoter les tentatives d’accords environnementaux ou climatiques, le Sud exigeant toujours des mesures plus contraignantes, particulièrement et légitimement pour le Nord.

Car tandis qu’au Nord on tergiverse, au Sud on constate et en souffre déjà. La planète Terre, sa biosphère est malade de l’activité capitaliste. Alors CO2 ou pas, fonte du Pôle Sud ou pas, il y a déjà assez de certitudes et de constats avérés des conséquences de l’activité capitaliste pour clore le débat et agir.
Cibler le véritable ennemi.