22.7.09

[Ne pas confondre...IV]

Femme soumise.


Femme libérée.



Suite à une nouvelle remarque avisée au sujet de ce "montage" quelques précisions afin de lever malentendus et confusion.

L'intention ici n'est nullement de mener une attaque "voilée" contre la lutte de libération des femmes ou le féminisme.
Le but de la série "ne pas confondre" est de dénoncer le "double langage" et le "deux poids deux mesures" de la "Société du Spectacle" qui -dans ce cas- clame à corps et à pubs que le capitalisme, le consumérisme libère et magnifie la femme (objet) qui consomme et "sait se vendre" (se consomme). Par opposition à la femme musulmane qui serait antithèse de cette prétendue réussite du marché.
Il s’agissait de jouer sur la contradiction et donc oui, la femme voilée est ici "avantagée"…Pour changer.
Détourner les clichés pour briser les préjugés, car des trois religions patriarcales abrahamistes, l’Islam est la première à donner un statut aux femmes. En fait le Coran exhorte l’homme à respecter la femme contrairement à la Bible qui l’accable de tous les maux. Il n’est écrit nul part dans le Coran que les femmes doivent porter le niqab ou le voile. Il s’agit d’interprétations hasardeuses, misogynes de l’appel fait à l’époque à se couvrir la poitrine, d’un appel à la décence qui concerne autant les mâles. Croire que l’Islam se résume aux délires rétrogrades d’une minorité d’intégristes barbus est ce que l’empire attend de nous...Et ne fait que faciliter le travail des intégristes de tous bords.
La récente ferveur libératrice de notre système patriarcal, capitaliste et impérialiste à l’égard des femmes voilées tandis qu’il méprise toujours plus la Femme -où qu’elle soit- est donc d’une hypocrisie sans fin.

Il ne s’agit donc pas de nier les indéniables avancées obtenues par les luttes des camarades féministes ici où ailleurs mais bien de dénoncer la charge islamophobe des médias de masse, le « deux poids, deux mesures » si typique de l’empire (patriarcal, capitaliste, etc.). Offensive tout azimut qui est telle ces dernières années que ce montage m’est apparu comme évident et utile.

La publication de ce montage sur LGS donna lieu à un échange qui résume et résout la polémique, le voici pour celles et ceux que cela intéresse.

L'approche de ce thème par le peintre Éric Adam reproduite ci-dessous semblera sans doute plus réussie à celles et ceux que ce "ne pas confondre" a pu interroger ou agacer, parfois légitimement, qu'elles et ils acceptent mes excuses sous la forme de ces quelques précisions.

Ni dieu, ni maitre...ni dogme.