2.7.06

[Droit dans le mur !]

Précisément au moment où l’ensemble des Palestiniens s’accordaient enfin pour reconnaître le droit à l’existence d’Israël…
Ce malgré la violence sans précédents des attaques récentes de Tsahal dont sont victimes les habitants -civils-des territoires occupés et emmurés. L’armée israélienne se livre actuellement à de véritables massacres, utilisant entre autres des missiles air-sol contre des cibles évoluant en pleine rue et en heure d’affluence(1), ou en bombardant une plage bondée d'enfants(2). Pour culminer par l'opération "pluie d'été" visant massivement les objectifs civils et politiques palestiniens.
La tactique même des terroristes mais avec les moyens d’une des armée les plus modernes et puissante du monde.

Le prétexte choisi cette fois pour avorter la nouvelle tentative de sortir de l’impasse qu’était la reconnaissance d’Israël par le Hamas est pourtant invraisemblable pour qui n’a pas désappris à penser : un soldat Israélien se serait fait enlever… Du choix des mots.
Combien de prisonnier(e)s Palestinien(e)s Israël détient-elle, combien de résistant(e)s, militant(e)s ou simples citoyen(e)s arrêtés, enlevés ? Plus d'une dizaine de milliers, sans compter l’ensemble de la population palestinienne cernée, enfermée, emmurée sur ses propre terres, dans des conditions bien pires que celles des tristement célèbres bantoustans de l’apartheid en ex-Afrique de Sud.


Poussant le mépris et l’humiliation au-delà de l’imaginable, un État qui depuis des décennies bafoue les droits élémentaires d’une autre Nation se permet à présent d’entrer à sa guise dans les misérables territoires concédés et prétendument autonomes, afin d’y enlever par la force plus de soixante élus locaux dont huit ministres !
Cela en soit est déjà édifiant, ce qui l’est plus encore c’est le silence complice ou embarrassé de la communauté internationale. Et que dire encore du discours sans une once de distance ni d’analyse des médias reprenant ici aussi et presque mot pour mot les communiqués militaires ?
Mais cette fois les images et les informations qu’ils rapportent se passent de leurs commentaires tentant de travestir une barbarie et un acharnement que rien ne justifie.
Personne pour s’indigner de la violation flagrante de toutes les lois et pratiques internationales, personne pour s’interroger sur cette dérive qui devient systématique dès que revient la sainte formule de la «guerre au terrorisme ».
Où donc est la légitimité d’états prétendant lutter contre le terrorisme en utilisant ses méthodes, tout en frappant avec les moyens sans communes mesures de premières puissances militaires qu’ils sont ?

Il fut un temps où le Hamas qui était soutenu par Israël afin de contrer le pouvoir de l’OLP, organisation laïque, servait à merveille les plans des généraux de Tsahal. Avec une ponctualité qui ne trompe que les béats ils empêchaient systématiquement toute sortie du conflit par un attentat visant des civils Israéliens.
Maintenant que le ver a mangé la pomme corrompue et qu’un scrutin on ne peut plus légal et vérifié l’a porté au pouvoir, il sert encore d’épouvantail pour la communauté internationale.
Difficile de se sentir ou de se proclamer solidaire d’un tel épouvantail barbu, c’est un fait et c’est bien le but ! Il semble que certains aient oublié que les femmes et les enfants ne portent toujours pas la barbe…

Que de chemin parcouru depuis la publication en 2003 qui fit grand bruit ici et scandale là-bas, des résultats d’une vaste enquête d’opinion réalisée auprès de la population européenne (3) . A la question « Quel est selon vous le pays qui représente la menace la plus sérieuse pour la paix dans le monde ? », les européens avaient très majoritairement (59%) répondu Israël. L’Iran, la Corée et les Etats-Unis arrivant tous trois en deuxième position.
La publication des résultats provoqua l’ire de Tel-Aviv qui alla jusqu’à accuser l’Europe d’antisémitisme récurent.
Que le racisme existe en Europe est une réalité indéniable et tout doit être fait pour en venir à bout. Mais que toute critique envers la politique d’un Etat souverain soit balayée d’une accusation d’antisémitisme est un stratagème douteux qui ne trompe plus personne.
A la suite de ce fâcheux sondage la décision fut prise par le gouvernement d’Ariel Sharon de partir à la re-conquête de l’opinion occidentale. Des contrats furent signés avec différentes agences de communications privées en Europe comme aux USA (Groupe Publicis, Luntz Research Companies). Empruntant les méthodes des militants pour la paix, de nombreux bureaux de lobbying seront ouverts ou renforcés dans les capitales européennes et particulièrement à Bruxelles.

Parallèlement à cette offensive médiatique se poursuivait celle militaire visant les autorités palestiniennes avec les suites que l’on sait. Les questions autour des véritables raisons de la mort d’Arafat sont notoires, confiner un homme âgé et malade en l’assiégeant dans un bâtiment durant plus de deux années est pourtant une réponse en soi.
L’arrivée très prévisible du Hamas au pouvoir ainsi vaquant acheva le tableau, bénéficiant d’une part de la déception des palestiniens face à la détérioration continue de leur situation quotidienne, de la corruption généralisée mais aussi du réel travail de terrain effectué par ses militant(e)s. Vouloir réduire cette organisation qui a su tisser des réseaux et structures sociales autant au niveau de la santé que de l’éducation, à sa seule branche armée et sa dimension intégriste est tentant et justifié à bien des égards. Mais le dépassement de la situation impliquera bien d’autres remises en questions, à la mesure de celle qui venait de mener le Hamas à reconnaître Israël.

Tout comme les Palestiniens il est évident que les citoyens Israéliens ont le droit de vivre en paix et non dans la crainte d’un suicide sous forme d’attentat ou d’un tir de roquette artisanale.
L’Histoire comme le bon sens démontrent que ce n’est ni dans l’escalade militariste et violente, ni dans l’arrogance et l’humiliation que se bâtissent des relations de respect mutuel.
Particulièrement quand celles-ci viennent du protagoniste qui dispose d’une puissance de frappe outrancièrement supérieure.

Au-delà de la seule question palestinienne il est important de relever qu’en agissant de la sorte Tsahal intervient à point nommé pour relancer un cycle de tension non seulement régionale mais aussi internationale.
Précisément au moment où crise iranienne semblait toucher à sa fin.
Face au silence de la communauté internationale, à l’absence de réactions ou l’impuissance de leurs gouvernements, il est clair que cette politique de surenchère dans la haine et le mépris de la part d’un Etat démocratique sur-puissant ne peut conduire qu’à une radicalisation des populations Arabes. Reproduisant au niveau régional, voir international, la résistible ascension des extrémistes religieux , confirmant de la sorte les phantasmes des hérauts néocons et autres ultras -évangélistes, sionistes ou islamistes- fervents adorateurs du choc des civilisations…Mais de quelle civilisation parlent-ils ?

Aujourd’hui plus que jamais la population Palestinienne qui est emmurée, assiégée, bombardée, privée de ses droits élémentaires autant que d’eau, d’électricité, de dignité ou de perspective d’avenir a besoin de notre mobilisation. De même que les nombreux Israéliens qui refusent cette logique de surenchère militariste et ségrégationniste. Nous nous devons d’apporter un soutient sans équivoque aux uns comme aux autres car l’actualité démontre que les Européens sondés en 2003 ne s’étaient pas trompés : c’est bien là et toujours là que se joue l’avenir de la paix dans le monde.

(1)Gaza 13-06 : 11 morts dont deux jeunes enfants et 32 blessés.
(2)Gaza 09-06 : 10 morts dont 3 nourissons et 40 blessés.
(3) Sondage Eurobaromètre de la Commission européenne réalisé en octobre 2003 par téléphone auprès d'un échantillon de 7.515 citoyens de l'Union européenne.

A lire :
"Le mur de la honte" [article]
"La Palestine abandonnée"[article]

A voir :
"Paradise Now" [le film]

Cartographie:
"Une prison à ciel ouvert"