11.1.06

[la femme est l'avenir du passé!]

Extrait du procès de Louise Michel, Communarde.
VIe Conseil de guerre (séant a Versailles)
Audience du 16 décembre 1871.

Le président : Vous avez entendus les faits dont on vous accuse; qu'avez-vous à dire pour votre défense?
L'accusée : Je ne veux pas me défendre, je ne veux pas être défendues ; j'appartiens toute entière à la révolution sociale, et je déclare accepter la responsabilité de mes actes. Je l'accepte tout entière et sans restriction. Vous me reprochez d'avoir participé à l'assassinat des généraux? A cela je répondrais oui si je m'étais trouvée à Montmartre quand ils ont voulu faire tirer sur le peuple; je n'aurai pas hésité à faire tirer moi-même sur ceux qui donnaient des ordres semblables; mais, lorsqu'ils ont été fait prisonniers je ne comprends pas qu'on les ait fusillés, et je regarde cet acte comme une insigne lâcheté !
Quand à l'incendie de Paris, oui j'y ai participé. Je voulais opposer une barrière de flammes aux envahisseurs de Versailles. ..On dit aussi que je suis complice de la Commune ! Assurément oui, puisque la Commune voulait avant tout la révolution sociale, et que la révolution sociale est le plus cher de mes vœux ; bien plus, je me fais l'honneur d'être un des promoteurs de la Commune …
Mais pourquoi me défendrais-je? Je vous l'ai déjà déclaré, je me refuse à le faire. Vous êtes des hommes, qui allez me juger ; vous êtes devant moi à visage découvert ; vous êtes des hommes et moi je ne suis qu'une femme, et pourtant je vous regarde en face….
J'ai fini.... Si vous n'êtes pas des lâches, tuez-moi..."

Louise sera condamnée à la déportation dans une enceinte fortifiée. En Nouvelle Calédonie où là aussi elle fomentera une révolte ! Amnistiée en 1880 elle fera un retour triomphal à Paris reprenant les luttes où elle les avait laissées et ouvrira une école libertaire à Londres…
Une histoire que tous croient connaître et pourtant combien savent à quel point sa vie fut un exemple de lutte sans compromission. C'est pour cela qu'il est important de connaître et de faire connaître l’histoire de Louise Michel.